7environnement

Éolien offshore : les cinq leviers que propose la filière pour atteindre 50 GW en 2050

Les énergies renouvelables « sont indispensables pour décarboner le mix énergétique et garantir la sécurité d’approvisionnement en France », rappellent France Énergie éolienne (FEE) et le Syndicat des énergies renouvelables (SER)reprenant là une des principales conclusions de l’étude « Futurs énergétiques 2050 » publiée, en octobre, par RTE. Les deux fédérations professionnelles ajoutent que l’éolien en mer « est un moteur essentiel » de cette transition énergétique. Leur objectif : atteindre 18 gigawatts (GW) de capacité éolienne en 2038 et 50 GW d’ici à 2050. Cette cible est « réaliste et souhaitable », expliquent la FEE et le SER, à l’occasion de la publication d’un travail d’analyse qui propose la marche à suivre pour y parvenir.

Les chiffres proposés par les deux syndicats s’appuient notamment sur l’évaluation de la Commission européenne, qui estime que l’Europe peut atteindre 300 GW d’éolien offshore d’ici à 2050. De son côté, le Comité interministériel de la mer (Cimer) français considère que 49 à 57 GW peuvent être répartis sur les 3 500 km de côtes françaises. Quant à RTE, son scénario le plus ambitieux en termes d’éolien en mer vise 62 GW à l’horizon 2050.