7environnement

Mboro , une zone décisive de la production de tomate

 Le Sénégal, comme la plupart des pays africains est un pays vocation agricole. En effet 60% de la population se consacre à l’agriculture. Cependant l’effet de ce secteur sur le produit intérieur brut est encore faible. Les techniques et les moyens de production sont encore archaïques d’où un rendement faible. Les techniques de conservation ou de transformation de la production sont inconnues d’où de grandes pertes de la production. Ce dernier problème affecte surtout le secteur maraîcher. Une particularité de ce secteur est que même les paysans cultivent des produits maraîchers pendant la saison des pluies. Ainsi les marchés sont engorgés de produits maraîchers pendant une courte période de l ‘année entraînant une baisse des prix et souvent une mévente de ces denrées périssables. C’est le cas de la tomate dont la plus grande partie de la production vient des paysans. Mboro situe sur le littoral appelée la grande cote précisément dans le département de Tivaoune, région de Thiès.  La tomate fait partie des légumes les plus consommées   au Sénégal il n’y a pas de sauce sans tomate. L’objectif de cette étude est de voir quelle technique de conservation (ou de transformation) serait la plus appropriée afin d’assurer un meilleur revenu aux paysages Les produits à base de tomate sont plus ou moins connus sur le marché sénégalais. Le concentré de tomate est de loin le plus connu car il est consommé par toutes les catégories sociales. Il vient en appoint à la tomate de tables pour la préparation des sauces. Sa consommation est plus importante dans les villes que dans le milieu rural. Il existe dans différentes boîtes standard de 100g à 5 Kg.